LES MAYAS

Peuple indien de l'Amérique centrale qui occupait une zone allant de la péninsule du Yucatán à la côte du Pacifique. L'évolution culturelle des Mayas peut se diviser en 3 périodes. - Pré classique de 1500 av.J.C.à 250 ap. J.C. - Classique de 250 à 950 - Post classique de 950 à la conquête espagnole

Parmi les civilisations classiques de la Méso-Amérique, le peuple maya est probablement le mieux connu. Originaire du Yucatán aux environs de l'an 2600 avant l'ère chrétienne, il a atteint son apogée autour des années 750 apr. J.-C. sur le territoire délimité aujourd'hui par le sud du Mexique, le Guatemala, le nord de Belize et l'ouest du Honduras. S'inspirant des découvertes et des idées qu'ils ont héritées des civilisations plus anciennes comme celle des Olmèques, les Mayas ont maîtrisé l'astronomie, mis au point des calendriers perfectionnés et inventé une écriture hiéroglyphique. Cette civilisation s'est aussi distinguée par son architecture cérémonial, prodigue de détails et d'ornements, et notamment par ses temples-pyramides, ses palais et ses observatoires, tous construits sans outils de métal. Habiles fermiers, les Mayas défrichaient de vastes étendues de forêts tropicales et bâtissaient, là où l'eau de surface était rare, d'immenses réservoirs souterrains d'eau de pluie. Ils savaient aussi fabriquer tissus et poterie et tracer des routes parmi les jungles et les marais pour tisser de vastes réseaux d'échanges commerciaux avec des peuples lointains. Vers 300 av. J.-C., les Mayas ont adopté un système de gouvernement hiérarchique où l’autorité-état exercée par les nobles et les rois. Des royaumes hautement structurés sont apparus au cours de la période classique, de 200 à 900 apr. J.-C. La société était constituée de nombreux États indépendants, comportant chacun une communauté agricole rurale et de grandes ville édifiées autour de centres cérémoniels. Le déclin de la civilisation maya a commencé vers 900 apr. J.-C. quand - pour des motifs encore largement ignorés - les Mayas du sud ont abandonné leurs villes. Lorsque les Mayas du nord se sont intégrés à la société toltèque vers 1200 apr. J.-C., la dynastie maya a disparu. Certains centres périphériques ont cependant continué à prendre de l'essor jusqu'à la Conquête espagnole du début du XVIe siècle. On peut dire de l'histoire maya qu'elle est caractérisée par des cycles de grandeur et de décadence : des cités florissantes, puis connaissaient un déclin et étaient remplacées par d'autres. On peut également la considérer comme marquée à la fois par la continuité et le changement, déterminés par une religion qui demeure le fondement de leur culture. Pour ceux qui continuent de respecter les traditions mayas anciennes, la croyance dans l'influence du cosmos sur l'existence humaine et dans la nécessité de rendre hommage aux dieux par des rites continue de s'exprimer dans une foi hybride, à la fois chrétienne et maya

ÉCRITURE MAYA

Le Maya a développé un système fortement complexe d'écriture, des pictogrammes d'utilisation et des éléments phonétiques ou syllabiques. Une discussion complète de leur système d'écriture est au-delà de la portée de ce papier. Leur écriture était fortement sophistiquée, probablement seulement les membres des classes plus hautes étaient capables de lire leurs symboles. Le Maya a taillé ces symboles dans la pierre, mais la place la plus commune pour l'écriture était probablement les livres fortement périssables ils ont fait du papier d'écorce, couvert de la chaux faire une surface blanche fraîche. Ces "livres" ont été attachés avec le bois et le cerf se cache. Ils sont appelés les manuscrits, le manuscrit sont singuliers. À cause de leur nature périssable et la combustion de livre espagnole ardente, seulement quatre manuscrits restent aujourd'hui. Le contenu des manuscrits doit avoir varié, mais certains d'entre eux étaient évidemment semblables aux almanachs astronomiques. Nous avons les exemples d'une table de Vénus, éclipsons des tables dans un manuscrit à Dresden. Il y a un manuscrit à Paris qui semble contenir quelque Zodiaque Maya, mais s'il est et comment il doit avoir travaillé sont toujours inconnu. Un autre exemple principal d'almanachs Maya est présent dans le Manuscrit de Madrid. Le quatrième manuscrit est appelé le Grolier et a été authentifié encore en 1983. Ces manuscrits ont probablement contenu beaucoup de l'information employée par des prêtres ou la classe noble pour déterminer les dates d'importance ou l'intérêt saisonnier. Nous pouvons seulement spéculer quant à si vraiment le Maya la poésie développée ou le drame qui a été consigné. Les manuscrits trace probablement tenue d'information dynastique aussi. En arrière à la page de Maya

Le code numérique, le zéro est représenté par une coquille. Le compte est indéfini, il peut diviser aussi bien que multiplier. À cette époque les Mayas avaient élaboré le système numérique les plus sophistiquer de l'époque classique et post classique.

 

MYTHOLOGIE MAYA

AB KIN XOC Dieu de poésie connu aussi sous le nom de Ppiz Hiu Tec

AH CHUY KAK Dieu de la guerre connu sous le nom de destructeur de feu

AH CUN CAN Dieu de la guerre connu connu comme le charmeur de serpent.

AH KINCHIL Dieu soleil AH PUCH Connu aussi sous le nom de HunHau , c'était le dieu de la Mort qui régnait sur Mitlan, le domaine des Morts. Il était habituellement représenté avec un tête de hibou. On retrouve de nos jours une croyance indienne qui veut lorsque une personne se meurt quand on entende le ululement du hibou. Il était aussi représenté par un squelette ou un cadavre boursouflé et orné de clochettes.

AHAU CHAMAHEZ Un des deux dieux de la médecine.

AHMAKIQ Dieu de l'agriculture qui enferma le vent quand il menaçait de détruire les récoltes.

AHULANE Dieu de la guerre, l'archer. son sanctuaire se trouvait sur l'île de Cozumel.

AKHUSHTAL Déesse des accouchements.

BACABS Dieux qui se trouvaient aux quatre coins du monde pour soutenir les cieux.

CHAAK Dieu de la pluie représentait sous la forme d'un serpent avec un long nez.

CIT BOLOM TUM Un autre dieu de la médecine.

EK CHUAH Dieu de la guerre associé avec AH PUCH, également celui du commerce.

EKAHAU Dieu des voyageurs et des marchands.

HUNAB Dieu créateur des Maya qui rétabli le monde après les trois déluges qui se déverse de la bouche du serpent du ciel. Le premier monde fut habité par des nains qui construisirent les cités, le second par une race inconnue : les Dzolobs qualifiées de transgresseurs et finalement le troisième monde fut habités par les Mayas eux mêmes.

HUNHAPU Chef des démons, c'est aussi une autre représentation de AH Puch ITZAMNA C'est la divinité la plus importante du panthéon Maya. Il était le fils d'Hunab, le créateur; il régnait sur le paradis et était aussi le dieu du jour et de la nuit. On le représentait sous les traits d'un aimable vieillard aux joues creuses et au nez proéminent. Il avait inventé l'écriture, les livres et établi les cérémonies religieuses. C'était une divinité totalement bienveillante.

IX CHEL Représentée par une vieille femme acariâtre qui déversait sa fiole de méchanceté sur la terre. Elle aurait aidé le serpent lors du déluge. Cette divinité malveillante était la déesse des inondations et des orages qui causaient maintes destruction lors des tempêtes tropicales. Elle était l'épouse d'Itzamna; elle apparaissait comme la déesse des eaux entourée des symboles de mort et de destruction, un serpent enroulé autour de sa tête et des ossements servaient de décoration à sa robe.

IXTAB Déesse du suicide, elle était représentée suspendu au ciel par une corde autour du cou, les yeux fermés et ses joues déjà atteintes par la décomposition. Les mayas croyaient que le suicide par pendaison permettait à l'âme d'atteindre directement le paradis.

KINCH AHAU Dieu solaire associé à ITZAMNA KU KUL CAN Dieu du vent (associé au dieu Aztèque Quetzalcoatl)

KAN-U-UAYEYAB Dieu gardien des cités.

KINICH KAKMO Dieu soleil symbolisé par le Macao.

KISIN Dieu funeste des tremblements de terre. Il vivait sous la terre dans le purgatoire où toutes les âmes à l'exception de celles des guerriers morts à la bataille et les femmes mortes en couches, passaient quelques temps. Les suicidés par contre y demeuraient pour toujours.

KUKUCAN Dieu du vent. MITNAL Enfer souterrain où les défunts étaient torturés.

NACON Dieu de la guerre

YUMTAAX Dieu du maïs représenté par un jeune homme avec des épis de maïs dans les cheveux.

YAXCHE Arbre du paradis sous lequel les âmes se réjouissaient.

POPOL VUH

[Bible Maya]. Ce très important document historique, littéraire et religieux concernant le peuple Maya-Quiche (Mexique méridional, Yucatán, Guatemala) peut être considéré comme la Bible d’un Peuple qui avant Christophe Colomb fut parmi les plus civilisés du Nouveau Monde. Écrit dans la langue Quiché en caractères latins (1557) on l’a longtemps attribué à tort à un certain Diego Reynoso. Il fut découvert à Santo Tomas Chichicastenango à la fin du XVII ième siècle par le frère Francisco Ximénez qui le traduisit en espagnol. Cette version a été rééditée successivement en allemand par C. Scherzer à Vienne (1857); en français mais avec un peu trop de fantaisie par l’abbé Brasseur de Bourbourg (Paris 1861) en espagnol (trois éditions) par Justo Gavarrete dans l’Educacioniste du Guatemala (1894-1896 et 1905) et Santiago I. Barberena (1923). Parmi les autres tentatives plus ou moins heureuses de traductions citons celles de E. Pohorilles de Lipsia (1913) et celle de l’éminent américaniste français J. Raynaud (1925) ouvrage édité en espagnol (1927). Mais la version qui fait le plus autorité du point de vue de l’érudition et de la phonétique est celle d’Antonio Villacorta et Flavio Rodas (Guatemala 1927).

L’ouvrage qui comprend les récits de onze traditions du peuple Maya-Quiché nous renseigne sur: 1) la cosmogonie Quiché et ses concordances avec celle des Toltèques quant à la création du monde et des êtres vivants ainsi qu’aux grands cataclysmes; 2) la légende des divinités malfaisantes: Gukup Cakix et ses fils Zipacna et Capracan qui faisaient surgir les volcans mais qui furent tués Junajup et Ixbalamqué deux jeunes gens pleins de savoir et de bonté: 3) les entreprises légendaires des Ajup au pays de Xibalba et les premières invasions Toltèques au Guatemala; 4) la magnifique histoire de la princesse lxquic mère de Junajup et lxbalamqué tous deux nés mystérieusement: leurs noms sont d’ailleurs devenus les symboles des deux races rivales qui se disputent la possession du pays; 5) les progrès accomplis par ces deux frères et leur voyage à Xibalba région pleine de pièges et de périls où le premier d’entre eux trouva la mort 6) la résurrection de Junajup et sa victoire Dnaléar les seigneurs de Xibalba; 7)apparition des célèbres chefs des familles Maya: Balam Quitzé, Balam Akap, Majucutaj et Iqui Balam ; leurs pérégrinations sur les rives de l’Usumacinta et leurs luttes sans merci contre la nature et les hommes; 8) et 9) la conquête des monts Jacaguitz où fut inauguré le culte du Soleil et la très belle légende d’Ixtaj et d’Ixpuch les deux jolies filles qui tentèrent de séduire les nouveaux dieux. 10) et 11) les traditions ont trait au voyage que des chefs Maya firent en Orient et à l’histoire du peuple Quiché jusqu’à la conquête et aux destructions ordonnées par l’inexorable et chercheur d'or Pedro de Alvarado

Voilà plus de quatre siècles que nous connaissons l'existence des civilisations des Mayas et des Aztèques et pourtant de larges pans de ces civilisations fascinantes restent mystérieuses. Je vous propose un voyage en terre Maya pour approfondir vos connaissances de ce monde mystérieux.

Introduction. 2

Peuple indien d'Amérique centrale fondateur d'une brillante civilisation précolombienne qui s'étendit sur les territoires actuels des États mexicains des Chiapas et du Yucatán, et sur ceux du Belize, du Guatemala et du Honduras. Parmi les civilisations classiques de la Méso-Amérique, le peuple maya est probablement le mieux connu. Aujourd'hui, les Mayas sont quelque 2 millions qui appartiennent au groupe linguistique maya. Ce groupe comprend de nombreuses langues dont les liens de parenté ne sont pas encore très clairement établis mais que l'on regroupe en sept branches : le huaxtèque, le yucatèque, ou maya proprement dit, le chol-tzeltal, le chuj-kanjobal, le mam-ixil, le quiché-kekchi et le motozintlèque. Dans les forêts tropicales du Petén et sur les terres arides du Yucatán, les Mayas ont, durant plus de deux millénaires, développé une civilisation prestigieuse. Au IXe siècle de notre ère, leurs cités furent peu à peu abandonnées, pour n'être redécouvertes par les explorateurs qu'à partir du XIXe siècle. L'évolution culturelle des Mayas peut se diviser en 3 périodes. - Pré classique de 1500 av.J.C.à 250 ap. J.C. - Classique de 250 à 950 - Post classique de 950 à la conquête espagnole. Mais les peuples mayas ont su jusqu'à nos jours préserver leur identité, en dépit des invasions et des conquêtes.

Les Mayas ont maîtrisé l'astronomie, mis au point des calendriers perfectionnés et inventé une écriture hiéroglyphique. Cette civilisation s'est aussi distinguée par son architecture cérémonielle, prodigue de détails et d'ornements, et notamment par ses temples-pyramides, ses palais et ses observatoires, tous construits sans outils de métal. Habiles fermiers, les Mayas défrichaient de vastes étendues de forêts tropicales et bâtissaient, là où l'eau de surface était rare, d'immenses réservoirs souterrains d'eau de pluie. Ils savaient aussi fabriquer tissus et poterie et tracer des routes parmi les jungles et les marais pour tisser de vastes réseaux d'échanges commerciaux avec des peuples lointains.

Les origines

Un peuple stable
Venus d'Asie par le détroit de Béring, comme tous les peuples américains, les Mayas s'installèrent à une date qui reste encore inconnue sur le territoire actuellement occupé par leurs descendants. Certains mentionnent la date de 2600 avant l'ère chrétienne. On peut cependant affirmer que ce peuple, ou plutôt ces peuples – car il faut distinguer, d'après leur langue, les Chols, les Chortis, les Yucatèques et de nombreux autres (le maya lui-même regroupant 24 langues indiennes) – ont connu une stabilité exceptionnelle: en dépit des vicissitudes de l'histoire, les Mayas ne se sont pas déplacés depuis le IIe millénaire avant J.-C.


L'aire maya
Leur territoire couvre le sud-est du Mexique, le Belize et le Guatemala, l'ouest du Salvador et du Honduras, entre 14 degrés et 22 degrés de latitude nord: tout le pays est donc tropical, mais cette uniformité n'est qu'apparente. L'aire maya est traditionnellement divisée en trois ensembles géomorphologiques: les hautes terres volcaniques méridionales, fertiles et tempérées; les basses terres centrales, bien drainées par de grands fleuves, comme le Motagua ou l'Usumacinta; le plateau calcaire aride du Yucatán, au nord, au drainage souterrain. Cette distinction doit être nuancée en raison de la diversité du relief, des sols et du climat. Les basses terres centrales sont entrecoupées de grandes vallées mais butent au sud-est sur les monts Maya. Le vaste plateau calcaire du Yucatán est interrompu par la chaîne de collines du Puuc. À cette variété de paysages correspond la multiplicité des manifestations culturelles locales: s'il existe effectivement une civilisation maya, on ne saurait sous-estimer la richesse de sa diversité intérieure.

Principales civilisations précolombiennes
Nom Début période Fin période
Olmèques de 1200 avant J.-C. à 600 après J.-C.
Mayas de 1000 avant J.-C. à 1697 après J.-C.
Mixtèques de 800 avant J.-C. à 1520 après J.-C.
Zapotèques de 650 avant J.-C. à 1520 après J.-C.
Totonaques de 400 avant J.-C. à 1520 après J.-C.
Teotihuacán de 300 avant J.-C. à 1000 après J.-C.
Mochicas de 400 après J.-C. à 1000 après J.-C.
Toltèques du milieu du Xe siècle après J.-C. jusque vers 1160 après J.-C.
Aztèques de 1325 après J.-C. à 1520 après J.-C.

Une longue maturation
Implantation
Des traces d'occupation antérieures au IIe millénaire ont été identifiées dans les hautes terres (Los Tapiales), au Belize et au Yucatán (grottes de Loltún). Mais les plus anciennes maisons – avec, à proximité, des édifices publics – que les archéologues aient découvertes, à Cuello, ne datent que de 1000 avant J.-C. Ils ont reconnu aussi un motif en natte, généralement associé à l'idée de pouvoir et qui est donc l'indice d'une hiérarchisation sociale. Des objets en jade ou en obsidienne, minéraux importés de gisements lointains, prouvent l'existence d'échanges à longue distance. À cette époque, de nombreux sites sont occupés, comme Tikal, et les Mayas colonisent progressivement toutes les basses terres. Il est cependant difficile de définir la nature de leurs relations avec les civilisations voisines, les Olmèques par exemple: il semble que les centres des hautes terres du Sud, Izapa, Abaj Takalik ou Kaminaljuyú, aient hérité de certains traits olmèques, pour élaborer à leur tour leurs traditions (écriture, calendrier), mais les modalités de leur adoption dans les basses terres restent inexpliquées.

Des cités autonomes
Vers 300 avant J.-C. se produit un phénomène d'accélération: à la multiplication des sites s'ajoute une activité architecturale intense, signe d'un fort accroissement de la population. À Komchén ou à El Mirador, les habitants édifient de vastes plates-formes ou pyramides; à Cerros apparaissent les premiers terrains de jeu de balle. La voûte à encorbellement est utilisée à Tikal pour des tombes décorées de peintures. De grands masques en stuc ornent les façades, à Cerros ou à Uaxactún. Chaque site se développe de façon autonome, néanmoins on utilise partout la même céramique rouge, marque indéniable d'unité culturelle.


L'époque protoclassique
Des tensions se manifestent, peut-être dues à cette rapide croissance, entre 50 et 250 de notre ère, période traditionnellement dénommée «protoclassique». On ne sait si c'est à cause de difficultés internes ou s'il s'agit de conséquences d'une invasion, mais certains sites, comme El Mirador, Komchén ou Cerros, disparaissent définitivement, tandis que d'autres, Tikal ou Dzibilchaltún, s'imposent. Des cités déclinent provisoirement (Seibal) ou se fortifient (Becan). L'instabilité règne et bénéficie à certaines villes, par exemple Tikal, qui va désormais compter durant la période suivante, dite du «classique ancien».


Vers un pouvoir dynastique
En 292, Tikal érige la première stèle datée connue, revendiquant ainsi un pouvoir politique dominant pour sa dynastie, laquelle va imposer sa marque à une grande partie du monde maya. Le rôle de Tikal semble avoir été renforcé par les liens qui l'unissent à la grande métropole du Mexique central, Teotihuacán. Cette dernière cité, peuplée de 200 000 habitants environ, exerce alors son influence sur toute la Méso-Amérique, et on en trouve les témoignages tant dans les hautes que dans les basses terres, à Kaminaljuyú, Becan, Yaxhá ou Altun Ha. Mais Tikal jouit de rapports privilégiés: certains de ses dirigeants seraient alliés à des groupes mexicains, et l'appui de la métropole, qui se manifeste dans l'architecture, la céramique et la sculpture, n'est pas étranger au jeu politique de Tikal: alliances (avec Uaxactún) ou conquêtes (la dynastie de Río Azul est chassée et remplacée).

L'apogée culturel
Vers le milieu du VIe siècle, on note toutefois en territoire maya un ralentissement des activités, qui se traduit par l'interruption de l'érection de monuments datés. Cet arrêt marque la fin du classique ancien. Bientôt s'opère un renouveau d'activité architecturale et artistique, accompagné d'un fort accroissement de population: les grands sites se développent encore, d'autres sortent de leur léthargie, comme Seibal, et de nouvelles cités sont fondées. Autour de centres où abondent pyramides et monuments sculptés s'organisent des cités-États qui rivalisent de prestige. La culture maya atteint son apogée autour des années 750 apr. J.-C.: il durera jusqu'au Xe siècle.


L'écriture maya

Les glyphes
L'écriture des Mayas est un système combiné de signes idéographiques et syllabiques. Chaque glyphe est composé d'un signe principal et d'affixes qui en complètent le sens. Ces glyphes peuvent être des noms, des verbes, et forment des phrases. Si beaucoup se rapportent à des actes ou désignent des chefs dynastiques, une part importante correspond au découpage du temps.
En savoir plus sur l'écriture Maya.

Le calendrier
En mathématiques, les Mayas utilisent trois signes: le point équivaut à un, la barre à cinq, et un coquillage symbolise le zéro. Ils comptent de 20 en 20, et, avec le zéro, utilisent une numérotation de position. C'est sur ces bases que fut élaboré un système de division du temps, par cycles et depuis un jour origine. Lorsque nous donnons une date, par exemple le lundi 1er janvier 1993, nous combinons plusieurs cycles, l'un de 7 jours, le deuxième de 28 à 31 jours, le troisième de 12 mois; et nous complétons par un nombre d'années écoulées à partir d'une année origine. Le calendrier maya est similaire: un premier calendrier rituel combine 13 chiffres et 20 noms de jours, soit 260 possibilités; un second calendrier, solaire, compte 18 mois de 20 jours, plus 5 jours néfastes, soit 365 jours. Avant que le même jour ne revienne dans les deux systèmes simultanément, il doit s'écouler 18 980 jours (approximativement 52 ans). Le dernier élément repose sur le nombre de jours passés depuis une date initiale, soit le jour 4 Ahau (calendrier rituel) 8 Cumku (calendrier solaire) de l'an 3113 avant J.-C. Comme pour nos unités, dizaines et centaines, les Mayas utilisent des subdivisions: le kin, ou jour, est l'unité de base; le uinal équivaut à 20 jours, le tun à 360, le katun à 7 200 et le baktun à 144 000. Les Mayas érigeaient régulièrement des monuments datés et inscrivaient des dates sur des stèles et des vases, signe de leur hantise du temps.
En savoir plus sur le calendrier Maya (El Tzolkin).

L'économie du monde maya

L'agriculture
Comme les autres peuples du continent, les Mayas ignorent la métallurgie et l'élevage, et n'ont donc pas d'animaux de trait. Leur économie, proche de celle du néolithique, repose donc pour l'essentiel sur l'agriculture et la pierre taillée. L'agriculture sur brûlis est le système le plus courant: le paysan défriche un champ (la milpa) en saison sèche, puis brûle la végétation, la cendre jouant le rôle de fertilisant; le champ est ensemencé au début de la saison des pluies, et la récolte se fait à l'automne. Le même champ, vite épuisé, ne peut être cultivé que deux ou trois ans d'affilée, puis doit être laissé en jachère pendant plus de dix ans. Chaque cité avait donc besoin pour sa subsistance de vastes territoires, sinon elle ne pouvait nourrir qu'une population réduite. Or la dimension de la plupart des cités comme l'ampleur des travaux menés à bien en peu de temps font penser que ce mode de production ne pouvait suffire aux besoins. Les Mayas avaient mis au point des systèmes plus intensifs, comme l'agriculture en terrasses (à Caracol ou à Río Bec) ou en jardins potagers, autour des maisons: un site maya n'est pas une cité comme dans l'Ancien Monde, mais un habitat dispersé, sans rues, autour d'un noyau central fortement concentré. La chasse, la pêche, la cueillette constituaient des ressources d'appoint.


Un fragile équilibre
L'essentiel de l'activité économique se déroulait dans le cadre familial. Mais la fabrication de céramiques de luxe, la production de vêtements pour l'élite, la construction des édifices ou la sculpture suggèrent l'existence de catégories de spécialistes. Mais, surtout, la diversité du territoire s'accompagne d'une variété des ressources. Les zones côtières produisent du sel (et des salaisons), qui fait défaut à d'autres cités: la production doit donc être intensive. À Colha, la présence de gisements de silex permet la fabrication en série d'outils agricoles: de vastes ateliers y ont en effet été identifiés.

En l'absence de roues ou d'animaux de trait, seuls le portage ou la navigation rendaient possibles les échanges, en faibles quantités ou sur de courtes distances. Le commerce à longue distance ne pouvait concerner que les produits de luxe, en faibles quantités également. La situation économique était donc stable, mais fragile, sensible à tout impondérable.


La société maya

L'organisation sociale

À la simplicité de cette économie répondait une structure sociale complexe, fondée sur une organisation familiale patrilinéaire, une division sexuelle du travail et une répartition par secteurs d'activité. Les agriculteurs, c'est-à-dire la majeure partie de la population, se divisaient en paysans, serviteurs et esclaves. L'élite, de son côté, se répartissait en guerriers, prêtres, administrateurs et dirigeants. De plus, l'élite et le peuple ne formaient pas des catégories antagonistes, car des liens de parenté ou d'alliance unissaient dirigeants et serviteurs, chefs et paysans.


L'organisation urbaine traduit assez bien cette unité, depuis les habitats dispersés de la périphérie, construits en matériaux périssables, jusqu'au cœur des sites regorgeant d'édifices prestigieux, où réside l'élite: la plupart des grands édifices, pyramides ou palais, sont associés au lignage dirigeant, et la pyramide principale abrite fréquemment le tombeau d'un chef ou d'un ancêtre.


La cosmogonie maya

Plus qu'un culte à des dieux (les Mayas ont une multiplicité de divinités, qui reçoivent pour symboles cultuels des éléments naturels: sources, nuages, vent, etc.), la vie religieuse et ses manifestations semblent liées au culte des ancêtres. Les stèles ou inscriptions de Copán, par exemple, représentent le roi, entouré de ses ancêtres et de son lignage. Les tombeaux et les pyramides sont les signes architecturaux du pouvoir d'une dynastie, et les peintures murales, telles celles de Bonampak, glorifient ses actions. La cosmogonie maya est le reflet d'une vision du monde pessimiste (à la tête du panthéon maya se trouve Chac, un dieu zoomorphe qui se plaît aux sacrifices humains) – dont témoigne le Popol-Vuh – et d'une conception de l'histoire fondée sur une succession d'ères ponctuées par des déluges ou des incendies, et que l'on découvre dans les chroniques du Chilam-Balam. Le roi, par les rites et par ses actes, assure la pérennité du monde.
La Nature selon les Mayas.
En savoir plus sur la mythologie Maya.
Cours sur les connaissances Mayas - Purification du karma présent.

Divisions et décadence
Dans un univers instable et jugé tel, en l'absence d'une technologie élaborée et confrontés à une croissance de population permanente, les Mayas n'ont pu faire face au destin qu'ils redoutaient tant. La guerre et les crises internes ont entraîné la décadence puis la chute de leurs cités. Grâce à leurs capacités d'adaptation ou à des apports étrangers (les Toltèques), certaines régions ont, un temps, échappé au sort commun, comme les cités du Puuc, Uxmal, Sayil ou Kabah. Au postclassique, Chichén Itzá a même pu être, pour une brève période, à la tête d'un véritable État. Mais les cités du Yucatán furent à leur tour frappées par les conflits. Chichén Itzá fut abandonnée vers 1200, puis Mayapán; ensuite le Yucatán se divisa en provinces rivales autour de centres mineurs, Tulum ou Tayasal.

Quand les Espagnols tentèrent de pénétrer au Yucatán, la division régnait, mais la conquête n'en fut pas facilitée: le Yucatán ne fut soumis qu'en 1540, Tayasal tomba en 1697. Un siècle et demi plus tard, les insurrections de la guerre des castes montreront le caractère superficiel de la conquête. Voilà plus de quatre siècles que nous connaissons l'existence des civilisations des Mayas et des Aztèques et pourtant de larges pans de ces civilisations fascinantes restent mystérieuses.

* Source: http://fr.encyclopedia.yahoo.com

Voir également: El Tzolkin (Calendrier Maya)

Pour plus d'informations voir :Revue d'informations touristiques

Voir voyage Initiatique 

 

Aventures Tropicales SA

Nous écrire